Zoom sur Luc Marescot

Changer le cours des choses par la force émotionnelle du cinéma

La nature le passionne. Comment en serait-il autrement pour le fils émerveillé des images  et récits rapportés par son père qui travailla avec l’explorateur polaire Paul-Emile Victor… Le côté expéditions, Luc Marescot le vivra lui-même caméra à l’épaule, notamment durant deux décennies avec Nicolas Hulot pour l’émission Ushuaïa.

Longtemps, il  filme  la nature sans artifice. En trente ans, l’auteur d’Amazonia  signe pas moins de 80 documentaires comme réalisateur dont douze dédiés aux forêts tropicales. Luc Marescot  co-réalise notamment  Frères des arbres*, le combat du charismatique chef papou Mundiya Kepanga.

Pendant que les tronçonneuses poursuivent, imperturbables, leur marche funèbre de déforestation, la rencontre du botaniste émérite Francis Hallé est capitale. « Au cœur des hautes cimes, les histoires de Francis me rendaient cet univers fascinant. J’ai eu envie d’apporter ma part de colibri à son combat. »

Un engagement pour lequel le réalisateur est prêt à quitter le terrain connu du documentaire et à affronter une autre jungle… le cinéma. Avec un objectif déterminé : toucher par l’émotion un public plus large. «Si grâce à la force émotionnelle du cinéma, je pouvais changer le cours des choses…»

Si, comme le lui confie l’auteur ZEP « les gens sont plus touchés par une histoire que par la vérité », le moment est venu de changer de récit  et d’emprunter la voix (voie) de la fiction.  « Pour toucher un plus large public, il faut séduire autrement, justifie Luc Marescot. Je fais alors le pari d’un film « cheval de Troie » : avancer avec une histoire sur les arcanes du cinéma, sa magie et délivrer en sous-texte le message d’alerte du botaniste Francis Hallé. C’est l’enjeu de Poumon vert et tapis rouge ».

Pour sûr, le style change radicalement…  portant l’idée de réaliser « un thriller écologique » avec, dans le rôle-titre, Leonardo di Caprio… « J’ai été impressionné par l’impact de Blood Diamond dans lequel [il] joue. Après sa sortie, le film a participé à faire chuter le trafic illégal de diamants. Alors pourquoi pas un Blood Forest ? ». Se dessine alors le projet cinématographique un peu fou de Luc Marescot. Un film dont le caractère « inclassable » n’est pas pour lui déplaire : « ce long-métrage documentaire est d’un genre inconnu. C’est ce qui fait sa force ».

Immersion en milieu forestier ou dans le monde du cinéma, le film est autant destiné aux cinéphiles du Tapis rouge qu’aux sentinelles du Poumon vert. « A chacun de découvrir l’univers de l’autre » ! Avec une question en haleine, celle que pose Juliette Binoche dans le film : « il a répondu quoi Di Caprio ? »

N.S.

Infos + :

*Frères des arbres  est  projeté au théâtre Le Piaf à Bernay le lundi 4 octobre à 18h30 en présence du réalisateur. (séance gratuite mais réservation conseillée auprès du Piaf)

Luc Marescot rencontrera le public à l’occasion des projections de Poumon vert et tapis rouge à Evreux, Pont-Audemer, Bernay, Lisieux. (se reporter aux villes sur ce site)