Le mot de l'équipe

 Nature et culture marquent l’année 2020 d’une empreinte particulière révélée par un contexte sanitaire hors du commun. Les espaces de rencontres culturelles ont manqué, révélant un besoin inassouvi de communion humaine et d’échanges.

Le Festival Génération Durable tisse le lien entre trois dimensions essentiells : l’environnement, la culture et l’humain. Cette 11ème édition persiste dans cette voie. En témoigne sa programmation de films de fiction, d’animation et de documentaires et le sentiment d’un éveil au changement. Profond. Vital. Et surtout inspirant.

C’est en images l’étendard déployé par bon nombre de films sélectionnés. Les réalisateurs éclairent leurs oeuvres d’émotions diverses avec un esprit dominant de résilience, d’enthousiasme, de détermination au coeur de l’action de leurs protagonistes qui fait d’eux des « Artistes de la vie ».
Face à des constats environnementaux graves, de dimension planétaire que sommes-nous ? Que pouvons-nous ? Certains ne se posent plus la question.

Ils agissent, ils avancent. D’autres sont là pour filmer leurs témoignages, faire essaimer et transmettre cette bouffée d’envie d’oser. Motivés par l’espoir que le spectateur s’approprie le message, s’en inspire pour faire partie de ceux qui veulent croire qu’en empruntant des « Chemins de travers », « Tout est possible» … encore, sans pour autant manquer de lucidité.

La jeunesse montre l’exemple. Sans naïveté, mais avec la franchise de sa génération. Avec parfois cette sensa-tion de vivre quelque chose de « Bigger than us », comme le symbolise le titre du documentaire de Flore Vasseur proposé en avant-première. Ce film veut « révéler un regard sur le monde, encore ouvert, joyeux, sans conces-sion sur la démission des adultes mais transcendant dans l’action, leur [des jeunes] rébellion ».

Action. Ce mot porte une résonnance prononcée dans ce festival. Emblématique par son côté culturel et son lien avec le monde du cinéma mais aussi par son lien sociétal et environnemental de passage à l’acte. Les deux vont de paire dans cette programmation.

Le festival Génération Durable joue la carte de la proximité en s’invitant dans des espaces culturels de communes non dotées de cinémas. Mais les salles de cinéma offrent un mode d’expression et d’émotions irremplaçable. A travers les avant-premières, les sorties nationales, le Festival relaie et partage le sentiment de réalisateurs que la diffusion cinéma est un atout pour donner à leur engagement socio-écologique une dimension culturelle opportune pour le spectateur d’associer curiosité et éveil de conscience. Le cinéma contribue à révéler le rôle de passeurs d’histoires et d’émotions des réalisateurs pouvant embarquer avec eux un public large, aux côtés de convaincus. « Notre dispositif de cinémas nous est envié dans le monde » insiste Geoffrey Couanon, qui accompagnera son film « Douce France » présenté en avant-première.

Le cinéma est une voix pour porter le message des réalisateurs. Le Festival est une voie pour soutenir leur action. « On parle souvent du monde “d’après“, nous on parle du monde de “maintenant“ » souligne Geoffrey Couanon. Le festival aussi.

Alors, comme on dit au cinéma : « Action ! » et bonnes séances à tous.        

Nathalie Soyeux, chargée de la communication du Festival
Pascal Grihault, directeur de la MJC de Bernay et du Festival

+ Iinfos : contact@festival-generation-durable.fr ou au 06 23 53 60 10